vendredi 21 décembre 2012

Nouveau roman en projet

J'ai démarré l'écriture d'un roman, le titre provisoire est "du vert au gris", il s'agit des mésaventures d'un jeune médecin qui quitte son cabinet parisien pour s'installer en Aveyron, tout en se portant acquéreur d'un chateau du 18éme siècle.

vendredi 7 décembre 2012

Sacrés patients en vente sur Fnac et Amazon

Mon dernier ouvrage est paru!!!!


Sacrés patients est dés maintenant en vente sur la fnac.com et amazon.com

liens: http://www.amazon.fr/Sacr%C3%A9s-patients-Xavier-Rostani/dp/2954159022/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1354913211&sr=8-1

http://livre.fnac.com/a5174410/Xavier-Rostani-Sacres-patients

Je vous dévoile un nouvel extrait, qui présente l'un de mes patients, conseiller général en Aveyron.

 
PAUL, conseiller général,

Paul s’intéressa très tôt à la politique, dès ses 18 ans, en 1981, où il choisit naturellement de voter pour Mitterrand, pour ensuite intégrer le mouvement des jeunes socialistes.

Il y fit son apprentissage de la politique, pour finalement rendre sa carte à l’aube des années 90, alors qu’il sentait le vent tourner, préférant alors se tourner vers la droite.

Quelques années de « cavale » plus tard, la consécration arriva enfin, Noel fut élu brillamment conseiller général de Joville, recueillant 1852 voix contre 1712 à son adversaire.

Il faut avouer qu’avec les 500 voix déjà acquises constituées par sa famille, sa belle famille, ses nombreux cousins tous mariés et restés au pays, le réservoir de voix potentiel avait facilité les suffrages.

On n’avait pas hésité non plus à faire voter les mamies et papys de la parenté, allant recueillir leurs procurations et celles de leurs amis directement à la maison de retraite, et comme Jacques le directeur était justement le mari d’une cousine, tout s’arrangeait pour le mieux !

Ce qui intéresse Paul dans la politique, ce n’est pas tellement d’avoir un programme ou des projets, mais plutôt l’idée d’accéder au pouvoir, un peu comme un joueur de foot qui changerait d’équipe au gré des potentialités de gagne.

Et ce qui motive Paul avant tout, c’est de s’asseoir au premier rang à la messe, à côté du maire et des autres notables de la commune, dans son beau costume bleu marine taillé sur mesure, tiré à quatre épingles, comme dit justement sa maman pleine de fierté.

Et puis il y a le titre, imprimé en lettres magiques, en entête de son papier à lettre et de ses cartes de visite est noté :Mr Paul Chéchant, conseiller général de Foville.

Aussi il n’hésite pas à se servir de ces fantastiques cartes de visite en toutes occasions importantes : baptême, mariages et bien sûr enterrements.

Les décès c’est très efficace pour fidéliser les électeurs !

Le mieux c’est de venir à la messe en retard, de traverser la salle d’un air gêné, style :

j’suis tellement occupé, je n’ai pas pu arriver à l’heure, puis une fois la messe terminée courir à la sortie, et là prendre un air dépité et porter une accolade à toute la famille, une petite larme est alors la bienvenue.

Si tout se passe bien, vous pouvez même faire une estimation assez précise des voix gagnées pour les prochaines élections.

Sinon, il y a aussi les marchés et foires, mais ça marche moins bien car il manque le côté dramatique qui fixe l’émotivité et la mémoire.

Là est l’enjeu du politicien local en mal de voix : fixer la mémoire volubile de ses électeurs potentiels : il faut de l’émotif, un décès, un mariage ou un combat collectif pour une cause d’importance :

non à la fermeture du poste de la maitresse de CM2, non à l’installation de la station d’épuration à côté des zones pavillonnaires, non à l’implantation d’éoliennes en proximité du parc de randonnée, oui à l’amélioration des gradins du stade municipal, oui au repas annuel des vieux payé par la municipalité ou encore oui à la distribution de sacs poubelles gratuits.

Donc cette stratégie, pour Paul, finit par s’avérer payante, tant et si bien que c’est Monsieur le Conseiller Général du canton de Jauville, bourgade située en voisinage de mon cabinet, qui vint me consulter ce matin-là !


Bonjour, Mr Chéchant, entrez je vous prie, qu’est ce qui me vaut l’honneur de votre visite ?

mercredi 14 novembre 2012

Soulagez-vous même vos petites douleurs

"Soulagez vous-même vos petites douleurs articulaires" paraitra lors du premier trimestre 2013 aux éditions Grancher.

Cet ouvrage se veut un guide d'auto-soins, vous présentant des techniques inédites de soins, imaginées à partir de mes compétences de kiné et d'ostéopathe, afin que vous puissiez vous traiter chez vous vos petites douleurs, en complément des soins d'un praticien de santé.

Ci aprés la couv:

Sacrés patients bientôt dispo en librairie

"Sacrés patients" recueil de nouvelles présentant des portraits fictifs de patients, est disponible dés aujord'hui en numérique sur mon site www.leslivresdemonosteopathe.com et dés le 4 décembre en librairie!

Ci-aprés la couv et un nouvel extrait:




 

 

                                                        AGATHE
 
Agathe arrive avec 18 minutes de retard, son portable à l’oreille :
«  Ça y est maman, j’suis arrivé, j’crois qul’ostéo m’attends, j’te rappelle en sortant »
Excusez-moi pour le retard, ct’abruti de taxi il m’a fait traverser la Seine pour aller du 16eme au 8eme, il m’a pris pour une touriste, j’ai pourtant pas une tête de touriste…
Visiblement, Agathe se sent particulièrement énervée par son retard, dont elle tient à faire porter l’exclusivité de la responsabilité au taxi, je choisis donc de lui répondre avec un calme digne d’un politicien face à un journaliste-Mélenchon excepté bien sur.
 
Ce n’est pas grave…Je peux prendre moi-même parfois quelque retard.. Vous êtes donc  Agathe de T, la fille de Madeleine ? »
Oui Oui C’est ça …  Lance Agathe, un peu apaisée mais  avec une fierté assez peu contenue, d’une part de porter le nom qu’elle porte et d’autre part d’afficher un physique si séduisant, particulièrement mis en valeur par sa petite robe en coton Jean Paul Gauthier juste courte comme il faut pour optimiser le charme de ses 248 mois.
L’espace d’une demi-seconde elle teste le regrd que je porte sur elle, et visiblement déçue, décide de se rapprocher du miroir de l’entrée afin de vérifier de haut en bas et de bas en haut si elle n’avait pas négligé quelque détail de sa précieuse apparence.
Car en effet, impossible de ne pas voir Agathe, quand Agathe entre dans une pièce, vous ne voyez plus la pièce : vous ne voyez qu’Agathe.
Pour les hommes, c’est dans le désordre : des sueurs froides disséminées dans tout le corps, des palpitations cardiaques avec arythmie, et un très fort balbutiement dès qu’il s’agit d’essayer de parler…
Pour les femmes, c’est différent, quelque chose entre le dédain, la curiosité, ou un intérêt subit pour le meurtre.
Personnelement, j’avais le choix de n’être ni un homme ni une femme mais un thérapeute, et là le tableau s’avérait nettement moins glamour : cernes sous les yeux vainement dissimulées par un maquillage excessif, torsion du bassin avec rigidité lombaire, signant l’existence de perturbations somato émotionnelles du bas ventre, pieds en dedans, hanches en fermeture, et haleine de Stuyvesant Rouge.

samedi 3 novembre 2012

Retrouvailles

Pour les besoins d'un atelier d'écriture, j'ai écrit cette petite nouvelle, pas bien gaie...mais drôle quand même je l'espére....


                                                                        RETROUVAILLES

 

Tout avait commencé au cabinet de Xavier, ostéopathe à Albi.

Agathe se plaignait constamment de maux de tête et d’insomnie, alors son amie Gaëlle lui avait conseillé de consulter  et  avait pris d’office rendez-vous pour elle.

C’était un mardi ordinaire, le temps était ordinaire, et Xavier était d’une humeur neutre.

 En fait, il était en quête constante de la neutralité de ses sentiments depuis la disparition brutale de son épouse il y a quelques mois seulement : être neutre, oublier, pardonner, se répétait-il itérativement.

Après trois TS, deux hospitalisations, une psychothérapie, Cécile avait fini par réussir un beau SD : Suicide Définitif.

Alors Xavier s’est naturellement senti coupable, jusqu’à ce que son psy sous hypnose le persuade que c’était écrit, c’était son destin, et qu’il n’y était pour rien, alors le conscient de Xavier a accepté de croire son inconscient rendu  faussement serein par l’endoctrinement du praticien…

Agathe sonna, ouvrit la porte, et pénétra dans le cabinet, tandis que Xavier l’attendait à son bureau.

Sur un ton très professionnel, il lança :

« Me Agathe Lacombe ? Je suppose, c’est à vous ! »

Jusqu’au trois premières lettres A G A, tout se passait de façon assez usuelle, sans émotion particulière, c’est seulement  au moment du T qu’il a subitement reçu une décharge de Tazer en découvrant son regard, il avait quelque chose d’intense et pénétrant  qui le mettait mal à l’aise, comme une réminiscence de l’âme de sa regrettée épouse, comme si d’un coup paf elle avait porté atteinte à sa neutralité nouvellement  domestiquée.

Il décida rapidement qu’il était absolument urgent de ne surtout pas réagir, et l’accompagna vers son bureau, avec la nonchalance d’un chat qui regagne son panier.

« Alors, qu’est-ce qui vous amène à mon cabinet, Me Lacombe ? »

Elle le fixait toujours du regard, et il repensait  à Cécile, « non ! non ! pas ce regard ! »

Finalement, après l’avoir fixé des pupilles quelques longues dizaines de secondes, elle se décida enfin à lancer quelques mots :

« C’est une amie patiente chez vous  qui m’a indiqué votre cabinet, je souffre de migraines, de douleurs dans la nuque, et peine à m’endormir le soir, elle m’a dit que vous pourriez peut-être m’aider »

« Ecoutez,  effectivement l’ostéopathie doit pouvoir vous aider à diminuer les symptômes que vous décrivez, veuillez  vous allonger sur la table de soins, je vais vous examiner. »

Comme à son habitude, il avance son tabouret roulant en bout de table, prend assise et pose  ses mains de part et d’autre du crâne de son inhabituelle patiente.

Il commence tranquillement mon examen crânien les yeux fermés, puis ayant reçu de ses mains les informations nécessaires, il décide d’ouvrir les yeux… et là…

Plaf ! le même regard pénétrant, le même regard insistant, le même regard hypnotisant, auquel je mettais décidément énormément d’énergie à ne pas répondre…

Il y avait du regard de Cécile dans ses grands yeux pénétrants, même si le vert bouteille tranchait avec le noir profond de ceux de sa regrettée, c’était comme si le même message était codifié

 « Au secours ! Ma vie me désespère, aidez-moi à la rendre acceptable ! »

Alors qu’il peinait à trouver des mots, c’est elle qui relança la conversation :

« Vous êtes installé depuis longtemps à Albi ??? »

« Euuuh non, j’y suis depuis quelques mois … Et vous ? »

Moi, je suis Albigeoise de souche, j’adore ma ville et je crois que je la connais bien,  un jour si vous voulez je vous ferais découvrir les ruelles de l’Albi ancien.

« Ah oui avec plaisir » »… oui j’aurais beaucoup de plaisir à mieux connaitre ma nouvelle ville… »

Après trente  minutes d’un traitement ostéopathique classique, il invite Agathe à se rhabiller et l’accompagne jusqu’à la porte.

« Au revoir, Agathe, ce fut un plaisir de discuter avec vous. »

Dernier regard intense puis quelques mots « Oui… moi aussi »

Tandis qu’il s’apprêtait à refermer la porte, il entendit subitement une phrase sortir de sa bouche « Et pour la visite d’Albi, dimanche soir ce serait possible ? »

D’abord surprise, Agathe sourit et répondit aussi sec

« Ok dimanche 19h brasserie le  Pontié Place du Vigan. »

Dimanche, Albi, 18h50,

Il faisait vraiment beau ce dimanche soir de septembre sur la place du Vigan, 25-26 degrés, en fait tout simplement la température préférée de Xavier  et l’un de ses mois préférés, il a toujours apprécié la douceur et l’énergie de ces jours de rentrée des classes.

Il y avait un parfum surnaturel de jour neuf, l’une de ces journées exquises ou tout peut vous arriver, la neutralité téléguidée de son cerveau faisait place à un enthousiasme divin.

Tandis qu’il s’avance doucement vers la terrasse du Pontié, il lui semble reconnaitre la silhouette d’Agathe, plongée tranquillement dans la lecture d’un bouquin.

Sa silhouette lui fait penser à Cécile…

Puis sa vue se floute et s’embrume progressivement, il voit alors défiler Agathe-Cécile –Cécile-Agathe-Cécile …

Agathe-Cécile…

 Gros camion poubelle- moi qui traverse la rue- la calandre du camion – Cécile- un grand tunnel s’ouvre, Agathe est partie, Cécile est revenue, enfin moi aussi j’ai réussi mon SD !

 

mercredi 10 octobre 2012

Santé Magazine Novembre 2012

Un article sur mon ouvrage est paru dans Santé magazine daté de Novembre 2012.

Ci joint l'article:

samedi 29 septembre 2012

Vincent ARIN Ouvrages à paraitre

Mon recueil de nouvelles "Confidences de patients" est parti cette semaine chez l'éditeur "je publie" pour mise en maquette et impression.

Son titre définitif devient "Sacrés patients"

Je pense disposer de la version numérique en novembre et de la version papier en décembre.

Mon ouvrage d'auto-soins paraitra aux Editions Grancher en février 2013, sous le titre provisoire "Soulagez vous même vos petites douleurs articulaires" , je dois rendre le manuscrit fin octobre.

A bientôt!

Kiné ou Ostéo sur Santé Naturelle

Le mensuel Santé Naturelle consacre un joli article à mon ouvrage "Kiné ou ostéo, qui consulter?" avec un rappel de l'article sur la couv...

A voir ci après:

vendredi 14 septembre 2012

Ostéo-empathie ou ostéo-antipathie???


Agathe arrive avec 18 minutes de retard, son portable à l’oreille :

«  Ça y est maman, j’suis arrivé, j’crois qul’ostéo m’attends, j’te rappelle en sortant »

Excusez-moi pour le retard, ct’abruti de taxi il m’a fait traverser la Seine pour aller du 16eme au 8eme, il m’a pris pour une touriste, j’ai pourtant pas une tête de touriste…

 

C’est pas grave… Vous êtes donc  Agathe de T, la fille de Madeleine ? »

Oui Oui C’est ça …

Lance Agathe, avec une fierté assez peu contenue, d’une part de porter le nom qu’elle porte et d’autre part d’afficher un physique si séduisant, particulièrement mis en valeur par sa petite robe en coton Jean Paul Gauthier juste courte comme il faut pour optimiser le charme de ses 248 mois.

Assez surprise par mon manque d’émotivité apparente, Agathe se retourne discrètement vers le miroir présent en salle d’attente, et en une fraction de seconde vérifie de haut en bas si tout va bien, si elle n’aurait pas négligé par malheur quelque détail de sa précieuse apparence.

Car en effet, impossible de ne pas voir Agathe, quand Agathe entre dans une pièce, vous ne voyez plus la pièce : vous ne voyez qu’Agathe.

Pour les hommes, c’est dans le désordre : des sueurs froides disséminées dans tout le corps, des palpitations cardiaques avec arythmie, et un très fort balbutiement dès qu’il s’agit d’essayer de parler…

Pour les femmes, c’est différent, quelque chose entre le dédain, la curiosité, ou un intérêt subit pour le meurtre.

Compte tenu de mon devoir de discrétion et de réserve, je me contentais de prendre un air détaché avant de lâcher :

 

Qu’est-ce qui vous amène en consultation? 

C’est samedi, j’étais invitée à une soirée chez ma copine Carla, enfin j’veux dire chez ses parents.

Tout allait bien, on avait bien fait la fête, peut-être un peu trop d’ailleurs, et le soir  on a décidé de se baigner dans la piscine... et là ct’abruti de Hugo il m’a poussé par derrière et je me suis défoncé le bassin et le petit doigt en tombant sur le rebord  hyper dur en ciment ou chaipaquoi.

J’arrivais pas à me relever, alors Arthur et Léo, ils m’ont allongé sur le divan et ils m’ont mis de la glace.

Et ce matin j’avais toujours hypermal, c’est pour ça que ma mère vous a appelé pour un rendez-vous en urgence.

Donc, si je comprends bien,  vous souffrez du bassin et d’un doigt, de quel côté se situe-t-il le doigt blessé?

Comment ça de quel côté ?

Eh bien le petit doigt de la main droite ou de la main gauche ?

Mais j’sais plus moi ! Vous avez d’ces questions ! dit-elle en levant les yeux vers le ciel.

jeudi 13 septembre 2012

A propos de vocation médicale..


Nous sommes aux environs de Toulouse en 1928, Manuel n’est pas un de  mes patients, car évidemment à cette époque, je n’écrivais pas…

Non, Manuel est simplement mon arrière-grand-père,  médecin généraliste à Castanou, alors petite commune de campagne, située en périphérie de Toulouse.

A l’époque, on ne parlait d’ailleurs pas de généraliste, mais simplement du docteur !

Le docteur constituait alors un des notables incontournables du village, respecté de chacun comme un pilier nécessaire à la cohésion de l’équilibre social de la commune.

En échange, le médecin s’appliquait à mériter cet honneur par une grande disponibilité, et un service rendu sans compter, indépendamment de l’heure, du jour, ou de la solvabilité des patients.

Etonnamment, à l’époque, il était aussi aisé de faire venir son médecin le week-end qu’aujourd’hui il est encore possible d’appeler son vétérinaire ou son garagiste…

La médecine constituait avant tout  une vocation.

Le docteur avait simplement prêté le serment d’Hyppocrate, qui contient aujourd’hui encore ces mots :

« J'informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n'exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.

Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me le demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire. »
Quand l’argent manquait, les honoraires de l’époque : poulets, lapins, ou simplement des œufs, étaient posés en remerciements, sur la table


Extrait de mon recueil de nouvelles "Droles de patients " a paraitre

lundi 13 août 2012

Ptit salon du livre en Aveyron

A Naucelle en Aveyron, se tenait samedi  11 aout un petit salon du livre présentant les auteurs locaux.

Je vous joins une petite interview de votre serviteur réalisée lors du salon

www.youtube.com/watch?v=P5FMzTu94cY&feature=plcp



dimanche 12 août 2012

comment soigner ma hanche douloureuse


Extrait de mon prochain ouvrage, comment traiter ses douleurs de hanche



J’AI MAL A  MA HANCHE



La hanche est classiquement la région enseignée en premier aux étudiants de kinésithérapie et d’ostéopathie lors de leur enseignement d’anatomie.

Elle se situe dans la région dite fessière, en profondeur du galbe de la fesse, mais rares sont ceux qui pensent à l’anatomie de la hanche quand ils posent leur regard sur cette région du corps.

Les douleurs de hanche sont fréquentes et les techniques de kinésithérapie et d’ostéopathie sont généralement très efficaces.

Il faut différencier les pathologies dites traumatiques des pathologies rhumatismales.

S’il s’agit d’un traumatisme, c’est que vous venez de subir un choc: accident léger, petite chute ou  méchant contact lors d’une pratique sportive.

Les affections rhumatismales de la hanche sont principalement liées à l’arthrose de hanche, qui peut être débutante ou sévère, ce sont uniquement les rhumatismes débutants que vous pourrez traiter ou améliorer.

Dans tout autre cas : inflammatoire, avec gonflement, fièvre, ou pré existence d’une pathologie sérieuse d’atteinte articulaire, le traitement doit rester strictement médical

Dans les deux premiers cas, après consultation du médecin confirmant qu’il s’agit d’une affection bénigne, vous pouvez utiliser prudemment les techniques exposées ci-après.





            1ere TECHNIQUE de soins   LE MASSAGE PAR VOIE ANTERIEURE



Indications

Toutes douleurs de hanche, de type tendinite ou arthrose

Contre-indications

Prothèse de hanche, état inflammatoire, pathologie articulaire sévère.

Installation 

Vous devez vous allonger sur le dos, buste et tête relevés par des coussins, jambes à plats.

Pour plus de commodités, il est préférable d’abaisser slip ou culotte afin de dégager la zone antérieure de la hanche.

Repérage morphologique

Vu d’en haut, vous allez d’abord repérer votre nombril, puis tout en bas entre les jambes, le pubis, qui est constitué par l’union basse des 2 os iliaques qui vont nous intéresser pour le massage.

Latéralement et légèrement plus bas que le nombril, vous sentirez un relief osseux avec un bord saillant en avant : il s’agit de la crête iliaque et de l’épine iliaque antéro supérieure.

Vous pouvez noter un point de repère au feutre sur cette épine qui sera stratégique pour le massage.

Entre l’épine iliaque et le pubis, se situe en profondeur….la hanche !

Principes thérapeutiques du massage

Il s’agit de diminuer les tensions musculo ligamentaires qui vont envahir des zones anatomiques autour de la hanche perturbant son fonctionnement et participant à son décentrage.

Nous allons nous intéresser à 3 zones principales :

-les adhérences le long de la crête iliaque

-le creux inguinal jusqu’au pubis

- la partie supérieure antérieure de la cuisse.





Traitement de la crête iliaque :

La crête iliaque prolonge vers l’arrière le point que vous avez noté au feutre, jusqu’au sacrum.

Technique de décollement des adhérences :

Exemple pour un côté droit : votre pouce droit va se positionner sur l’épine iliaque, là où vous avez marqué au feutre, tandis qu’avec la main gauche, vous placez majeur et annulaire de l’autre côté de la crête en tensions contraire.

Vous devez faire comme si la peau était trop collée à la crête et qu’il fallait rendre du mou à cette zone.

Répétez plusieurs fois la manœuvre pendant 5 minutes.

Technique de ponçage de la crête :

Là votre pouce droit va se placer parallèlement à la crête, et par un mouvement de va et vient il va libérer les mêmes tensions que dans la technique précédente, mais avec une action complémentaire.

Si votre pouce fatigue, prenez le relai avec les autres doigts.

Traitement du creux inguinal.

Nous allons appliquer les mêmes techniques le long du pli inguinal tendu du point marqué au feutre vers le pubis.

Décollement des adhérences 5 minutes puis ponçage 5 minutes.

Il est important d’insister sur les zones résistantes sans pour cela déclencher une réaction douloureuse.

Massage de la face antérieure et externe de la cuisse

Pour ce massage vous pouvez utiliser une huile ou pommade de massage dont vous imprégnerez la paume de vos mains, afin de mieux glisser sur la peau, car pour ce massage il est impératif que les mains puissent glisser.

Vous allez démarrer le massage par un effleurage c'est-à-dire un massage superficiel pendant 3 minutes pour échauffer les tissus et les préparer à un massage plus profond.

Le second temps du massage est le plus important, il consiste à pétrir les masses musculaires du gros muscle antérieur de la cuisse : le quadriceps, ainsi nommé parce qu’il est subdivisé en 4 unités musculaires.

Alors qu’il est habituel de masser de l’extrémité d’un membre vers sa racine, je vous propose de démarrer votre massage au niveau de l’os iliaque puis de prolonger vers la cuisse et ce pour deux raisons : parce que c’est bien la hanche qu’il s’agit de cibler et non la cuisse et d’autre part ce sera plus confortable pour votre dos.

Je vous conseille de poursuivre le pétrissage durant 10 à 15 minutes, jusqu‘à ressentir un assouplissement et un échauffement du muscle, puis de terminer par un effleurage une à deux minutes

vendredi 10 août 2012

Le tintinophile, suite et fin.


Au total c’est 15 albums de tintin en édition 1949à 1963 qui sont devant lui, prêts à être vendu...


Le vendeur observe la scène avec curiosité, et lance d’une voix commerçante :

 « Ça vous intéresse, »

Gérard avale un grand coup sa salive, retient fort sa respiration, puis lance d’un air assez détaché :

Ça dépend, vous en voulez combien ?

C’est 10 euros l’album, mais j’vous fais un prix si vous prenez le carton !

Gérard essaye de trouver les mots justes pour ne pas perdre l’affaire

Je vois qu’il y a 15 BD, je vous en donne 100 euros les 15…

Voyant que Gérard est intéressé, le vendeur relance : 120 euros les 15 et on n’en parle plus !

Gérard ne se dégonfle pas, il sort un album du carton, et lance :

Certains albums ont le dos râpé en haut et en bas, et d’autres ont les pages jaunies, je monte à 110 pas plus !

Ok Ok ça marche.

Gérard donne les 110 euros et emporte de carton, tel Arsène lupin avec son collier de diamant.

C’était et ça restera le plus beau jour de sa vie.

Sinon, le 15 mars de l’année suivante, à 11 heures précises, Gérard se présenta à mon cabinet.

Après quelques minutes passées en salle d’attente, j’accueille mon patient en salle de soins, et entame la conversation sobrement:

« Bonjour, que puis-je  pour vous ? »

Je viens vous voir pour un contrôle, vous savez les printemps sont des saisons très difficiles à passer en général pour moi, et cette année particulièrement. Avec toute cette pluie, je ne suis pas sorti de chez moi pendant plus d’un mois, aussi je crains d’être en carence de vitamines…

Pourtant, je m’étais préparé au printemps, le matin au lever, je prends du Naturstim des laboratoires Fenioux à base de pépins de pamplemousse 3 gélules, à 8 heure et demi  un jus d’orange pressé avec un demi citron, à 10h, deux kiwis, à midi du magnésium, puis le soir au coucher du desmodium et du biotaurine pour mon foie…

Peut-être est- ce incomplet ? Que me proposez-vous ?

Ma réponse fut directe et  laconique :

Vous savez l’ostéopathie s’intéresse plus à la biomécanique qu’à la biochimie, je vais donc vous examiner ! Si vous voulez bien vous déshabiller et vous allonger sur la table !

A cet instant je baisse le regard vers mon dossier médical afin de prendre quelques notes, puis me relevant de derrière mon bureau, je découvre à cet instant cet insolite corps horizontalisé d’antisportif convaincu, proche de celui du Gollum de Tolkien, sa  taille très contenue ne dépassant pas la moitié de la longueur de la table.

Sans me laisser décontenancer par une appréhension qui serait naturelle si j’avais oublié d’être ostéopathe, je pratique mes tests de base avec application : test des rotateurs, test cranio-sacré, test de motilité du foie et le diagnostic apparait avec l’évidence de la beauté de Natalia Vadianova en maillot de bain : Gérard est simplement stressé !


Je me contentais donc de réaliser un travail de détente générale de son corps tricoté de tensions, tout en le rassurant en entrouvrant les portes du bonheur possible : Que pensez-vous de Edgard Jacobs ?

Extrait de "Mes souvenirs de consultations"

 http://www.leslivresdemonosteopathe.com/index.php?page=shop.product_details&flypage=flypage.tpl&product_id=45&category_id=14&option=com_virtuemart&Itemid=1&vmcchk=1&Itemid=1






jeudi 9 août 2012

Mes meilleures prescriptions suite

Un homme de 78 ans se présente à mon cabinet en pleine forme, sourire large et bienveillant et me tend la prescription du médecin:

20 séances de rééducation des deux membres inférieurs.

Je demande au patient ce qui le gêne au niveau de ses jambes.

Très courtoisement, l'octogénaire me répond:

Mais tout va parfaitement bien, jeune homme! 

Ne sachant quelle technique kinésithérapique utiliser, je décide d'appeler le médecin prescripteur:

Allo, Dr Pen? Oui c'est le kiné, j'ai avec moi Mr Durand a qui vous avez prescrit des séances de kiné pour les membres inférieurs, qu'attendez vous de moi exactement?

Aaaahhh ouiiiiii! Mr Durand, vous savez ces jours ci il ne sort pas beaucoup de la maison, alors comme il habite à 500 m de chez vous, je me suis dit que ça lui ferait un peu d'exercice de venir à pied à votre cabinet! Vous voyez?

Ce que j'ai vu rééllement à cet instant c'est l'immensité vertigineuse du trou de la sécu, et le travail qu'il y avait à faire dans les mentalités pour expliquer que c'est finalement la collectivité qui paye!

Mes meilleures prescriptions...

Prescription médicale du jour:

Séances de kinésithérapie avec application d'ultra-sons pour névralgie d'Arnold!

Sachant que précisément ce nerf émerge en C2 et que C2 se situe anatomiquement au niveau de l'occiput, je n'aurais d'autre solution que de poser la tête de l'émetteur d'ultra sons sur l'occiput, ce qui ferait entrer le crane en résonnance ultra sonique.. et je ne m'avancerais pas avec optimisme sur le résultat thérapeutique...

lundi 6 août 2012

Le tintinophile suite


L’ANPE est très mal organisée ! Résumait-il volontiers.

Il y avait bien cette place de bibliothécaire à Fontenay Sous-Bois où il est resté 15 jours, mais les locaux, bien qu’au rez de chaussée, comprenait des étagères très mal conçues car il était indispensable d’exagérément lever le bras pour ranger les livres sur l’étage supérieur.

Non, vraiment, malgré toute sa bonne volonté, Gérard ne pouvait accepter de telles conditions de travail !

Alors Gérard s’est résolu à vivre, ou survivre, selon lui avec les 458 euros du RMI.

458 euros, ce n’est pas beaucoup, mais bon ça fait quand même un budget BD de 350 euros, le reste couvrant les petits frais accessoires : protèges BD, entrées des salons BD etc.

Et puis quand même, Gérard a quelques autres ressources : à Noel et à son anniversaire, ses parents lui laissent une grosse enveloppe de plusieurs centaines d’euros, qui permettent de financer les achats exceptionnels : éditions originales et tirages de tête.

Enfin, dernier revenu de complément, Gérard coure les vides greniers pour y dénicher des bonnes affaires qu’il revend ensuite sur eBay.

Ainsi souvent une BD achetée 5 euros se revend facilement 8 ou 9 euros ce qui finalement, procure du bénéfice, sans compter les jours où dieu est avec lui…

Comme ce dimanche 11 avril, où Gérard se rend comme à son habitude au marché aux puces de Nogent sur marne, sans se douter qu’il allait vivre le moment le plus intense de sa vie…

Gérard se présenta tôt le matin à ce fameux marché, muni de son équipement de chineur semi-professionnel : lunettes de soleil à verres correcteurs pour voir de loin sans être vu, Stan Smith authentiques modèle 1980 pour ne pas faire de bruit, sac à dos à volume expansif par accordéon au cas où, et bien sûr à l’intérieur le précieux BDM de l’édition précédente pour mieux tricher sur les côtes officielles des BD.

Déambulant sans enthousiasme excessif entre les différents amoncellements de vieux journaux, bouquins, cassettes VHS, sans intérêt particulier, Gérard est subitement capté par le stand d’un exposant qu’il n’avait jamais vu, qui est en train de déballer des BD d’un carton.

Notre vaillant explorateur décide donc d’entreprendre une première approche discrète : ne pas accélérer le pas, ne pas fixer les yeux, du calme Gérard du calme !

Premier passage à 2-3 mètres : Yes ! C’est du Hergé ça ressemble à des éditions anciennes…

Second passage à un mètre, caché derrière une ménagère qui recherche des bibelots pour sa cuisine, ça se précise : il y a 20 BD, ça ressemble à des éditions originales, à la façon dont le type les pose c’est clair, il n’y connaît rien en BD, on va pouvoir aborder la mise en place de la phase finale.

Gérard ne tient plus, les yeux sont larmoyants-heureusement il y a les lunettes, la sueur commence à perler sur son front…

Maintenant tout près à quelques centimètres du bonheur absolu, Gérard sent son cœur palpiter, il sait déjà que dans ce carton il y a un trésor : il le sait, il le sent, mais il n’ose pas s’approcher... Ne pas montrer mon émotion, ne pas laisser imaginer au vendeur la valeur de ses albums.

Finalement, Gérard retient sa respiration et s’approche lentement du carton. Premier coup d’œil à la verticale : dos toilés rouge, c’est du 1950-1958 au pire.

Gérard n’en peut plus, il plonge la main dans le carton et sort le premier album : Objectif lune : la tout va très vite coiffe tète de couv, pages intérieures bleues foncées, puis enfin le 4eme plat « objectif lune » en dernier titre, c’est un B8, en clair c’est la première édition, il a 500 euros dans les mains.

Puis tout s’accélère, un deuxième album « Tintin au pays de l’or noir, Edition 1950, état impeccable, 500 euros la aussi.

Puis Les 7 boules de cristal, seconde édition, 1950, légère déchirure de la coiffe, mais rien de méchant.

Au total c’est 15 albums de tintin en édition 1949à 1963 qui sont devant lui, prêts à être vendu...

Etre référencé à la FNAC

Un beau jour, dans la vie d'un jeune auteur, un fantasme insensé arrive à parcourir notre pensée: être référencé à la FNAC.

Et tout se présente alors comme un événement de l'ordre du possible, de l'ordre du normal, aussi aisé pour un auteur édité que d'être publié dans la pléiade pour un jeune auteur de slam.

Mais voilà, c'est pas si simple!!!!

Moi perso, j'ai attaqué les démarches en mai dernier pour obtenir les adresses mails et postales du fameux précieux service et consécration suprême, je les ai obtenu en juillet!

Et donc début juillet, j'ai renvoyé les formulaires par mail, par courrier, plusieurs fois, ajoutant dans mon envoi le fameux ouvrage, mais à ce jour, pas de miracle.

Du précieux référencement, point de nouvelles...

C'est pas grave, on continuera de vendre sur amazon...

Dans l'ostéopathe magazine

Dans la très inspirée revue "L'ostéopathe magazine" consacrée au monde de l'ostéopathie, un article sur "Kiné ou ostéo, qui consulter?" est paru dans le numéro spécial été.


Ci joint le sommaire de la revue et l'article.

lundi 23 juillet 2012

Mon prochain ouvrage

Dans mon prochain ouvrage, je vous proposerais des techniques de soins manuels pour vous soigner vous même, en complément du traitement de votre professionnel de santé, kiné ou ostéo.

Le principe est de vous donner quelques bases d'anatomie et quelques gestes simples à réaliser soi même sur soi même, vous permettant de traiter vos petites douleurs, tendinites, contractures, névralgies, etc...

J'espère pouvoir obtenir l'accord final de mon éditeur pour une diffusion élargie de mon ouvrage, qui je le pense pourrait rendre service à de nombreux patients, qui n'ont pas dans leur cadre de vie les conditions optimales pour aller chez l'ostéo tous les jours...

Et vous qu'en pensez vous?

dimanche 15 juillet 2012

Pause touristique à Bellagio

J'écris cette semaine depuis Bellagio, au bord du lac de Come, en Lombardie.



L'Italie est vraiment un pays attachant, nous louons une petite maison près du lac pour 500 euros la semaine, et le propriétaire a passé l'après midi à nous faire découvrir les curiosités de son petit coin de paradis, dont une petite plage publique près d'une chapelle, où au mois de juillet, il n'y a personne..

J'ai une petite pensée pour ces pauvres touristes égarés et agglutinés à Palavas-les -flots...

En plus le climat est idyllique, 28° tempérés par la présence de l'eau, et les vins et la cuisine italienne sont savoureux.

Je crois que si le paradis existe, il doit ressembler un peu à Bellagio, avec un verre de Brunello, une Alfa spider coda secca, et une page de dessins de Milo Manara.

jeudi 5 juillet 2012

La contorsionniste

Lundi 17 heures, le énième rendez-vous de la journée...

Bonjour! Entrez, que puis je pour vous?

C'est pour ma fille 12 ans, qui est contorsionniste, nous sommes une troupe familiale d'acrobates de cirque, apparemment elle s'est déplacé une vertèbre du cou..

Il n'en fallait pas plus pour éveiller ma curiosité et m'extraire soudainement de la nonchalante monotonie de mon début de journée: une contorsionniste chez l'ostéo, c'est comme un ecclésiastique chez le psy, ou un footballeur chez le libraire, ce n'est pas courant!

Vanessa s'approche d'un pas aérien, ses pas aériens semblant glisser au dessus du sol... suivi de près par sa maman, qui découvre avec quelque inquiétude son premier ostéopathe

D'habitude nous allons chez les rebouteux, mais ils se font râres et nous avons entendu parler en bien de l'ostéopathie! Explique au docteur ou tu as mal ma chérie!

Je n'arrive plus à pencher la tête en avant comme je veux, je crois que quelque chose est coincé là, dit-elle en désignant assez précisément sa 5éme cervicale...

Le ton de Vanessa est déterminé comme sa motivation a exceller dans l'art de l'acrobatie et de la contorsion qui constitue le patrimoine identitaire et alimentaire de sa famille depuis  maintenant un grand nombre de générations.

De la qualité de sa participation au spectacle va dépendre l'affluence des curieux et donc finalement la recettte finale qui permettra de faire vivre toute la famille: le papa tombé malade, les grands parents devenus trop vieux, et le petit frère qui n'a pas achevé son apprentissage.

Les bons jours il y a une cinquantaine de spectateurs, entre 3 et 5 euros la place, plus la tombola organisée à l'entracte, on peut compter sur 300 euros de gagné et là c'est bingo, mais souvent il n'y a que 10-15 spectateurs dont la plupart à 3 euros, il faut ce contenter de 40 euros de recettes pour 2 heures de spectacle, et là l'inquiétude des ainés devient parfaitement palpable par les plus jeunes.


Tu peux t'assoir sur la table de soin? Je vais t'examiner!

Je commence mes tests ostéopathiques sur la gracile nuque de Vanessa, bien dégagée sous son petit chignon, ne laissant tomber que quelques cheveux courts et transparents.

Quelle mobilité! Son occiput semble glisser comme un roulement sur atlas axis, je n'ai jamais ressenti une telle mobilité de ces vertèbres dans ma carrière.

Donc absence totale de dysfonction en C0C1, soit dit en langage ostéo, non juste un blocage léger de C5 sur sa facette gauche.

Donc correction immédiate deux recoïls bien ciblés et plop la C5 de Vanessa reprend vie!



jeudi 28 juin 2012

Autres questions réponses autre interview


Kiné ou Ostéo C’est quoi la différence ?

Il existe au moins trois différences essenssielles entre la kinésithérapie et l’ostéopathie :

1/ La formation du praticien

2/Le bilan diagnostic

3/Les conditions de la consultation au cabinet.



1/ La formation en kinésithérapie est rigoureuse et sélective, l’entrée dans les écoles étant validée par un concours, et la formation étant agrémentée de nombreux stages hospitaliers.

L’accès aux écoles de formation en ostéopathie est plus aisé, un simple bac suffit, mais  la multiplication de ces écoles ces dernières années s’est accompagné d’une plus grande disparité dans la qualité de l’enseignement.

Néanmoins le niveau d’enseignement en anatomie y reste nettement supérieur.

2/ En kinésithérapie, le diagnostic est établi par le médecin prescripteur, le praticien va alors simplement cibler son bilan à partir de ce diagnostic préalable.

En ostéopathie, c’est le praticien lui-même qui établit son diagnostic, sur la base de l’examen du patient dans sa globalité.

3/La consultation en ostéopathie se fait exclusivement à l’acte unique, dans des conditions de silence et de tranquillité appréciables, durant 30 à 60 minutes.

La consultation en acte unique est malheureusement rarement de règle en kinésithérapie, le cabinet recevant un nombre plus ou moins important de patients en même temps, avec un temps passé en individuel rarement supérieur à 15 minutes dans les faits.



Je choisis qui pour quelle problématique ?

Si votre objectif de soins est clairement ciblé et localisé, notamment en traumatologie et rhumatologie, soins précis pour une cheville, une hanche ou un genou, la kinésithérapie sous prescription médicale peut être parfaitement indiquée.

Dans le cas de douleurs récurrentes mal diagnostiquées, il est plus judicieux de consulter un professionnel vous proposant son propre diagnostic : l’ostéopathe.

Mais dans la majeure partie des cas, je conseille une séance d’ostéopathie au départ suivi de séances de kiné si nécessaire.



C’est lequel qui va me soulager le plus rapidement ?

D’après mon expérience, on peut obtenir des résultats en kinésithérapie après environ 5 séances.

En ostéopathie,  les résultats apparaissent 24 à 48h après la première séance.



C’est lequel ou il y a le moins de risque ?

Les risques d’accident restent à ma connaissance rarissime chez les deux professionnels, et  se situent  au niveau des autres praticiens de santé.

C’est quoi les tarifs ?

Une séance de kiné coute selon la prescription de 15 à 22 euros, une revalorisation est prévue en juillet qui portera les honoraires de 16 à 23 euros, l’acte moyen se situant autour de 17 euros.

La kinésithérapie est bien remboursée, 60% par l’assurance maladie, le restant par votre mutuelle.

Une séance d’ostéopathie coute de 50 à 60 euros, elle n’est pas prise en charge par l’assurance maladie, mais  de nombreuses mutuelles proposent un remboursement complet ou partiel.

Les soins de kiné s’étalant sur 10 à 20 séances contre une à trois chez l’ostéo, le traitement le plus couteux n’est pas forcément celui que l’on imagine !


mercredi 27 juin 2012

Mes réponses à une interview



Pourquoi vous intéresser aux pathologies de l'os ?

Contrairement à une idée répandue, ostéopathie ne signifie pas maladie de l'os , mais expression de la maladie par les os, ce qui est sensiblement différent.

Donc ce qui m'intéresse n'est pas de soigner les os, mais de comprendre par l'expression du tissu osseux le cheminement intime de la maladie, qui en réalité se transmet par ce que nous appelons les fascias, qui sont des relais membraneux entre les os et les organes.

Quelles différences entre la démarche ostéo et kiné ?

La démarche de l'ostéopathe est caractérisée par une recherche de la cause intime et profonde de la maladie ou de la perturbation mécanique de l'état de santé.

Nous nommons cette cause « lésion primaire » et nous effectuons un ensemble de tests destinés à l'identifier.

La suite de la démarche consiste ensuite à traiter cette lésion primaire , ainsi que les lésions secondaires, consécutives à la première, à l'aide de corrections mécaniques directes ou indirectes.

Il n'est absolument pas nécessaire de faire craquer, et souvent dans la pratique les praticiens qui font craquer s'attaquent aux dysfonctions secondaires et non pas à la lésion primaire, et donc leur traitement ostéopathique perd en efficacité !

En kinésithérapie, le diagnostic est établi par le médecin prescripteur, qui précise sur l'ordonnance la zone du corps à traiter.

En clair, vous avez mal au genou droit, le médecin établit une prescription de kinésithérapie du genou droit, et le kiné doit traiter le genou droit ,point barre.

Si la douleur du genou est liée uniquement à un traumatisme du genou, le traitement kinésithérapique sera efficace, si par contre c'est le pied ou la cheville qui ont déstabilisé secondairement le genou, vous risquez de faire beaucoup de séances de kiné pour pas grand résultat...

Ce que vous pouvez dire sur l'efficacité du traitement en ostéo et en kiné ? Dans le cas de l'arthrose par exemple?

Je crois sincèrement en l'efficacité de la kinésithérapie et de l'ostéopathie.

Comme écrit dans mon ouvrage, mon combat n'est pas celui de l'ostéopathie contre la kinésithérapie, mais celui de la thérapie manuelle contre la dolipranothérapie !

En effet, dans le cas de l'arthrose, de trop nombreux praticiens associent trop vite arthrose et douleur, comme si il n'y avait plus rien à faire..

C'est faux dans de nombreux cas, l'arthrose à bon dos ! Si on peut dire, et des soins de kiné et d'ostéopathie appliqués à une articulation arthrosique vont apporter du mieux dans la plupart des cas, sauf évidemment en évolution sévère d'arthrose.

Il est donc important de consulter suffisament tôt avant dégradation totale du cartilage !

Il ne faut pas oublier que la radiologie est un examen complémentaire qui visualise très bien l'arthrose et très mal la cause de l'arthrose, qui est le plus souvent lié à un probleme postural.

Il est tout à fait convenu qu'il n'y a pas de lien direct entre l'aspect inquiétant d'une radio et la douleur ressentie par le patient, qui va sensiblement s'abaisser après un traitement kiné ou ostéopathique, alors que le cliché radiologique sera de résultat inchangé.

Ce que vous pourriez rajouter

Je crois beaucoup en la conjonction des résultats obtenus en ostéopathie et en kinésithérapie, Dans de nombreux cas de pathologies de l'appareil locomoteur, il m'apparait judicieux de combiner une à deux séances d'ostéopathie suivis d'une prise en charge kinésithérapique.

Vous pouvez retrouver plus de détails et d'argument dans mon ouvrage « Kiné ou ostéo, qui consulter ? » ou sur mon site www.leslivresdemonosteopathe.com


lundi 25 juin 2012

Non non pas les ni ni

Après s'être posé la question Kiné ou Ostéo, qui consulter?, le patient en attente de résultats efficaces et sans danger peut ensuite se poser la question que choisir ostéopathe-kiné, ostéopathe-médecin, ou ostéopathe-nini, entendez par là sans formation de santé préalable...donc pour certains non véritablement professionnels de santé...

La question peut être posée, mais il m'apparait difficile d'apporter une réponse tranchée...

Dans kiné actualités de cette semaine, André Pierre Bénichou écrit"A la différence du ni-ni, le kinésithérapeute connait le milieu médical et il a l'habitude de la prise en charge pluridisciplinaire"

Effectivement, il peut apparaitre rassurant de consulter un professionnel ayant une expérience clinique importante, validée par de multiples stages, et par une intégration incontestée dans le milieu médical...

Encore faut il que le kiné ostéopathe fasse la part des choses entre une pratique kinésithérapique souvent en actes multiples et une ostéopathie imposant du temps dans la consultation et de l'acte unique exclusif...

Même s'il y a des ostéopathes kiné plus ou moins bons de même qu'il y a des ostéos-nini plus ou moins bons, la disparité actuelle des formations peut faire craindre davantage les seconds.

samedi 23 juin 2012

Il n'y a pas que chez les kiné...

Régine souffre d'un torticolis! Aïe! Elle a décidé d'aller voir un ostéopathe: pagesjaunes.fr , le premier sur la liste Mathieu C, Ostéopathe,
Téléphone 05686845.. tuuut tuuut Allo? Oui j'ai un torticolis, c'est possible un rendez-vous en urgence? Oui Ok RV dans une demi heure!

Régine est contente, il est quand même vachement sympa l'ostéo de me prendre si vite, c'est pas comme cet ostéopathe connu qui voulait me faire attendre 4 jours...

Ding! Régine entre dans le cabinet où elle est acceuillie chaleureusement  par l'ostéo: pancho, tongs, cheveux longs, on le dirait au moins militant à Europe Ecologie... ou pote de José Bové...

Entrez, allongez-vous sur la table de soins...

J'me déshabille pas ?

Non, non , ce n'est pas nécessaire!

Vous ne voulez pas voir mes radios?

Non, non, votre corps me parlera...

Régine s'allonge tranquillement tandis que Mathieu tamise la lumière et diffuse un CD de musique de relaxation...

Puis le praticien se place debout au dessus de Régine les mains écartées en suspension au dessus de sa tête, tel un gourou..

Au bout de longues minutes, il s'assied enfin et appose ses mains délicatement au contact du visage de Régine, puis plus rien ne se passe durant 20 minutes comme si le temps s'arrêtait..


Puis d'un coup, il murmure d'une voie religieuse: la séance est terminée vous pouvez vous relever!

Régine ce relève, et constatant que sa douleur de nuque est toujours autant présente interroge son praticien:

C'est normal que j'ai toujours aussi mal?

Oui bien sûr, ne vous inquiétez pas , j'ai décelé une réticence de votre corps à se détendre dans l'immédiat, la douleurs devrait disparaitre dans les prochains jours, sinon revenez.

Je vous doit quelque chose?

Ah oui, 62 euros, de préférence en espèces, merci,

Après 2 jours d'intenses douleurs, Régine décidé de changer d'ostéopathe, pour celui qui vous apporte ce témoignage aujourd'hui.

Donc, en conclusion, méfiez vous des ostéopathes qui vous donnent un rendez-vous trop vite, et qui vous soignent tout habillé sans examen préalable...

mercredi 20 juin 2012

Mais il n'y a pas que les éditeurs...

Ben non, il n'y a pas que les éditeurs qui aiment le soir s'endormir en comptant les euros gagnés dans la journée, il y a aussi parfois nos chères professions de santé...

Prenons l'exemple de Jean, qui va tous les jours à la maison de retraiteà 8 kms du cabinet:

Bonjour mamie, allez on va faire un p'tit tour dans le couloir, alors papy, vous ne voulez pas marcher aujourd'hui? Bon tant pis, vous n'avez pas le journal?

Résultat: une heure passée, 10 papys mamies visités, 8 fois 15 metres à pied parcourus, 10 pages de journal lues, 160 kms facturés à la sécu, environ 200 euros gagnés, elle est pas belle la vie en maison de retraite?