jeudi 28 juin 2012

Autres questions réponses autre interview


Kiné ou Ostéo C’est quoi la différence ?

Il existe au moins trois différences essenssielles entre la kinésithérapie et l’ostéopathie :

1/ La formation du praticien

2/Le bilan diagnostic

3/Les conditions de la consultation au cabinet.



1/ La formation en kinésithérapie est rigoureuse et sélective, l’entrée dans les écoles étant validée par un concours, et la formation étant agrémentée de nombreux stages hospitaliers.

L’accès aux écoles de formation en ostéopathie est plus aisé, un simple bac suffit, mais  la multiplication de ces écoles ces dernières années s’est accompagné d’une plus grande disparité dans la qualité de l’enseignement.

Néanmoins le niveau d’enseignement en anatomie y reste nettement supérieur.

2/ En kinésithérapie, le diagnostic est établi par le médecin prescripteur, le praticien va alors simplement cibler son bilan à partir de ce diagnostic préalable.

En ostéopathie, c’est le praticien lui-même qui établit son diagnostic, sur la base de l’examen du patient dans sa globalité.

3/La consultation en ostéopathie se fait exclusivement à l’acte unique, dans des conditions de silence et de tranquillité appréciables, durant 30 à 60 minutes.

La consultation en acte unique est malheureusement rarement de règle en kinésithérapie, le cabinet recevant un nombre plus ou moins important de patients en même temps, avec un temps passé en individuel rarement supérieur à 15 minutes dans les faits.



Je choisis qui pour quelle problématique ?

Si votre objectif de soins est clairement ciblé et localisé, notamment en traumatologie et rhumatologie, soins précis pour une cheville, une hanche ou un genou, la kinésithérapie sous prescription médicale peut être parfaitement indiquée.

Dans le cas de douleurs récurrentes mal diagnostiquées, il est plus judicieux de consulter un professionnel vous proposant son propre diagnostic : l’ostéopathe.

Mais dans la majeure partie des cas, je conseille une séance d’ostéopathie au départ suivi de séances de kiné si nécessaire.



C’est lequel qui va me soulager le plus rapidement ?

D’après mon expérience, on peut obtenir des résultats en kinésithérapie après environ 5 séances.

En ostéopathie,  les résultats apparaissent 24 à 48h après la première séance.



C’est lequel ou il y a le moins de risque ?

Les risques d’accident restent à ma connaissance rarissime chez les deux professionnels, et  se situent  au niveau des autres praticiens de santé.

C’est quoi les tarifs ?

Une séance de kiné coute selon la prescription de 15 à 22 euros, une revalorisation est prévue en juillet qui portera les honoraires de 16 à 23 euros, l’acte moyen se situant autour de 17 euros.

La kinésithérapie est bien remboursée, 60% par l’assurance maladie, le restant par votre mutuelle.

Une séance d’ostéopathie coute de 50 à 60 euros, elle n’est pas prise en charge par l’assurance maladie, mais  de nombreuses mutuelles proposent un remboursement complet ou partiel.

Les soins de kiné s’étalant sur 10 à 20 séances contre une à trois chez l’ostéo, le traitement le plus couteux n’est pas forcément celui que l’on imagine !


mercredi 27 juin 2012

Mes réponses à une interview



Pourquoi vous intéresser aux pathologies de l'os ?

Contrairement à une idée répandue, ostéopathie ne signifie pas maladie de l'os , mais expression de la maladie par les os, ce qui est sensiblement différent.

Donc ce qui m'intéresse n'est pas de soigner les os, mais de comprendre par l'expression du tissu osseux le cheminement intime de la maladie, qui en réalité se transmet par ce que nous appelons les fascias, qui sont des relais membraneux entre les os et les organes.

Quelles différences entre la démarche ostéo et kiné ?

La démarche de l'ostéopathe est caractérisée par une recherche de la cause intime et profonde de la maladie ou de la perturbation mécanique de l'état de santé.

Nous nommons cette cause « lésion primaire » et nous effectuons un ensemble de tests destinés à l'identifier.

La suite de la démarche consiste ensuite à traiter cette lésion primaire , ainsi que les lésions secondaires, consécutives à la première, à l'aide de corrections mécaniques directes ou indirectes.

Il n'est absolument pas nécessaire de faire craquer, et souvent dans la pratique les praticiens qui font craquer s'attaquent aux dysfonctions secondaires et non pas à la lésion primaire, et donc leur traitement ostéopathique perd en efficacité !

En kinésithérapie, le diagnostic est établi par le médecin prescripteur, qui précise sur l'ordonnance la zone du corps à traiter.

En clair, vous avez mal au genou droit, le médecin établit une prescription de kinésithérapie du genou droit, et le kiné doit traiter le genou droit ,point barre.

Si la douleur du genou est liée uniquement à un traumatisme du genou, le traitement kinésithérapique sera efficace, si par contre c'est le pied ou la cheville qui ont déstabilisé secondairement le genou, vous risquez de faire beaucoup de séances de kiné pour pas grand résultat...

Ce que vous pouvez dire sur l'efficacité du traitement en ostéo et en kiné ? Dans le cas de l'arthrose par exemple?

Je crois sincèrement en l'efficacité de la kinésithérapie et de l'ostéopathie.

Comme écrit dans mon ouvrage, mon combat n'est pas celui de l'ostéopathie contre la kinésithérapie, mais celui de la thérapie manuelle contre la dolipranothérapie !

En effet, dans le cas de l'arthrose, de trop nombreux praticiens associent trop vite arthrose et douleur, comme si il n'y avait plus rien à faire..

C'est faux dans de nombreux cas, l'arthrose à bon dos ! Si on peut dire, et des soins de kiné et d'ostéopathie appliqués à une articulation arthrosique vont apporter du mieux dans la plupart des cas, sauf évidemment en évolution sévère d'arthrose.

Il est donc important de consulter suffisament tôt avant dégradation totale du cartilage !

Il ne faut pas oublier que la radiologie est un examen complémentaire qui visualise très bien l'arthrose et très mal la cause de l'arthrose, qui est le plus souvent lié à un probleme postural.

Il est tout à fait convenu qu'il n'y a pas de lien direct entre l'aspect inquiétant d'une radio et la douleur ressentie par le patient, qui va sensiblement s'abaisser après un traitement kiné ou ostéopathique, alors que le cliché radiologique sera de résultat inchangé.

Ce que vous pourriez rajouter

Je crois beaucoup en la conjonction des résultats obtenus en ostéopathie et en kinésithérapie, Dans de nombreux cas de pathologies de l'appareil locomoteur, il m'apparait judicieux de combiner une à deux séances d'ostéopathie suivis d'une prise en charge kinésithérapique.

Vous pouvez retrouver plus de détails et d'argument dans mon ouvrage « Kiné ou ostéo, qui consulter ? » ou sur mon site www.leslivresdemonosteopathe.com


lundi 25 juin 2012

Non non pas les ni ni

Après s'être posé la question Kiné ou Ostéo, qui consulter?, le patient en attente de résultats efficaces et sans danger peut ensuite se poser la question que choisir ostéopathe-kiné, ostéopathe-médecin, ou ostéopathe-nini, entendez par là sans formation de santé préalable...donc pour certains non véritablement professionnels de santé...

La question peut être posée, mais il m'apparait difficile d'apporter une réponse tranchée...

Dans kiné actualités de cette semaine, André Pierre Bénichou écrit"A la différence du ni-ni, le kinésithérapeute connait le milieu médical et il a l'habitude de la prise en charge pluridisciplinaire"

Effectivement, il peut apparaitre rassurant de consulter un professionnel ayant une expérience clinique importante, validée par de multiples stages, et par une intégration incontestée dans le milieu médical...

Encore faut il que le kiné ostéopathe fasse la part des choses entre une pratique kinésithérapique souvent en actes multiples et une ostéopathie imposant du temps dans la consultation et de l'acte unique exclusif...

Même s'il y a des ostéopathes kiné plus ou moins bons de même qu'il y a des ostéos-nini plus ou moins bons, la disparité actuelle des formations peut faire craindre davantage les seconds.

samedi 23 juin 2012

Il n'y a pas que chez les kiné...

Régine souffre d'un torticolis! Aïe! Elle a décidé d'aller voir un ostéopathe: pagesjaunes.fr , le premier sur la liste Mathieu C, Ostéopathe,
Téléphone 05686845.. tuuut tuuut Allo? Oui j'ai un torticolis, c'est possible un rendez-vous en urgence? Oui Ok RV dans une demi heure!

Régine est contente, il est quand même vachement sympa l'ostéo de me prendre si vite, c'est pas comme cet ostéopathe connu qui voulait me faire attendre 4 jours...

Ding! Régine entre dans le cabinet où elle est acceuillie chaleureusement  par l'ostéo: pancho, tongs, cheveux longs, on le dirait au moins militant à Europe Ecologie... ou pote de José Bové...

Entrez, allongez-vous sur la table de soins...

J'me déshabille pas ?

Non, non , ce n'est pas nécessaire!

Vous ne voulez pas voir mes radios?

Non, non, votre corps me parlera...

Régine s'allonge tranquillement tandis que Mathieu tamise la lumière et diffuse un CD de musique de relaxation...

Puis le praticien se place debout au dessus de Régine les mains écartées en suspension au dessus de sa tête, tel un gourou..

Au bout de longues minutes, il s'assied enfin et appose ses mains délicatement au contact du visage de Régine, puis plus rien ne se passe durant 20 minutes comme si le temps s'arrêtait..


Puis d'un coup, il murmure d'une voie religieuse: la séance est terminée vous pouvez vous relever!

Régine ce relève, et constatant que sa douleur de nuque est toujours autant présente interroge son praticien:

C'est normal que j'ai toujours aussi mal?

Oui bien sûr, ne vous inquiétez pas , j'ai décelé une réticence de votre corps à se détendre dans l'immédiat, la douleurs devrait disparaitre dans les prochains jours, sinon revenez.

Je vous doit quelque chose?

Ah oui, 62 euros, de préférence en espèces, merci,

Après 2 jours d'intenses douleurs, Régine décidé de changer d'ostéopathe, pour celui qui vous apporte ce témoignage aujourd'hui.

Donc, en conclusion, méfiez vous des ostéopathes qui vous donnent un rendez-vous trop vite, et qui vous soignent tout habillé sans examen préalable...

mercredi 20 juin 2012

Mais il n'y a pas que les éditeurs...

Ben non, il n'y a pas que les éditeurs qui aiment le soir s'endormir en comptant les euros gagnés dans la journée, il y a aussi parfois nos chères professions de santé...

Prenons l'exemple de Jean, qui va tous les jours à la maison de retraiteà 8 kms du cabinet:

Bonjour mamie, allez on va faire un p'tit tour dans le couloir, alors papy, vous ne voulez pas marcher aujourd'hui? Bon tant pis, vous n'avez pas le journal?

Résultat: une heure passée, 10 papys mamies visités, 8 fois 15 metres à pied parcourus, 10 pages de journal lues, 160 kms facturés à la sécu, environ 200 euros gagnés, elle est pas belle la vie en maison de retraite?

Les éditeurs...suite

Allo Mr Arin? Oui c'est LF des éditions F, j'ai une bonne nouvelle pour vous, nous avons retenu votre manuscrit, vous avez une écriture intéressante...

Aaah merci, quel chapitre ou quel passage vous a tant plu?

Euuuuh, votre style est ... intéressant en général...

Donc, vous souhaitez m'éditer à compte d'éditeur?

Disons que nous avons notre propre formule: nous prenons en charge la maquette, la couv et l'impression des 100 premiers exemplaires, que nous vous revendons à tarif préférentiel...puis au delà de 100, vous serez payé de vos droits d'auteur à concurrence de 5%...

Merci beaucoup pour votre généreuse proposition,, je vais réfléchir...

En clair, je commence par payer 1000 euros et 2 ans plus tard je touche royalement 50 euros...Super!

Les editeurs

Je découvre le monde de l'auto-édition et de l'édition.

Heureusement pour moi, j'ai commencé par l'auto édition, le temps d'affuter mon discernement envers les éditeurs...

Un "éditeur" de Toulouse, me propose généreusement d'éditer mon livre de 100 pages moyennant contribution pour frais de 3000 euros, mais attention parce que je suis beau et gentil... en fait ils n'ont pas vérifié...mais bon ils m'offrent généreusement 20 exemplaires  de mon livre...

Il y a un peu de foutagedegueulerie, je pense chez certains pseudo éditeurs... A suivre...

mardi 12 juin 2012

Nouveau site de présentation de mes livres

Le site de présentation de mes ouvrages a déménagé: retrouvez le sur www.leslivresdemonosteopathe.com , le contenu a été amélioré, et les vidéos modifiées.

J'espère que vous préférerez le ton et le contenu plus convivial, plus proche de ce blog...

jeudi 7 juin 2012

A propos de Kiné ou Ostéo...

Donc voilà, mon premier ouvrage "Kiné ou ostéo, qui consulter?" est finalement sorti le 24 avril 2012...



Historiquement, je projetais depuis longtemps d'écrire sur la kinésithérapie, un ouvrage du style "Vive la kinésithérapie!" un "Vive" un peu ironique car en réalité je ne suis pas trèe optimiste sur les perspectives d'amélioration de qualité des soins de kinésithérapie.

Globalement, j'assiste depuis vingt ans à la multiplication des cabinets"usine" qui prennent les patients cinq par cinq et pour ce qu'ils ne sont pas tous...

J'assiste aussi à ma grande déception au comportement moutonesque de ces patients rassurés de voir du monde dans un cabinet et dans une salle d'attente "j'attends beaucoup, y'a plein de monde, y doit être trop fort le kiné!!!"

Bref! C'est difficile et décourageant de s'obstiner dans la recherche de qualité quand on est kiné!

Donc, finalement, sous la pression de la fameuse France, le projet d'éciture s'est réorienté vers les problêmes de mal de dos, et les solutions des kinés et des ostéos.

Traiter dans le même ouvrage de la kiné et de l'ostéo, c'était peut être un peu dangereux car les relations entre les deux professionnels sont souvent  tendues, le kiné jugeant que l'ostéo avec des séances à 50 ou 60 euros se fait des golden balls, et l'ostéo jugeant que le kiné qui prend les patients cinq par cinq, se fait aussi des G Balls...

Sans compter aussi les ostéos qui pensent que les kinés n'ont rien compris, et les kinés qui pensent avoir compris qu'il n'y avait rien à comprendre dans l'ostéopathie.

Donc finalement, je suis satisfait du premier résultat, allez un p'tit extrait:



J’exerce maintenant depuis plus de 10 ans les professions de kiné et d’ostéo, et je constate qu’en 2012 nombreux sont ceux qui confondent les techniques de l’un et de l’autre et nombreux sont ceux qui demandent à l’un d’effectuer le travail de l’autre.

Une clarification me parait plus que jamais nécessaire.



En réalité, chacune de ces deux spécialités obéit à des règles professionnelles distinctes, et les formations et techniques employées par ces praticiens s’avèrent très différentes !

L’ostéopathie, créée par Andrew Taylor Still à la fin du 19e siècle aux états unis, est venue s’insinuer progressivement dans notre milieu médical français dans les années 80, pour véritablement prendre de l’importance dans les années 2000, notamment lors de la publication de la loi de mars 2002 légalisant officiellement sa pratique, et entrainant la multiplication des instituts de formation.

D’actuellement 17000, le nombre d’ostéopathes devrait atteindre les 30000 dès 2016, du fait de l’absence de numerus clausus à l’entrée des écoles.

 La kinésithérapie française s’est développée une première fois après le conflit de 14-18 qui a rendu nécessaire les soins à de nombreux blessés graves.

Puis elle s’est largement diffusée dans les années 60, grâce notamment au remboursement par la sécurité sociale, au développement des écoles de formation et à la  bonne participation des médecins prescripteurs de kinésithérapie.

En 2012, les kinésithérapeutes représentent 70000 professionnels dont 6000 kiné ostéopathes.

Si la consommation en actes de kinésithérapie reste soutenue aujourd’hui en France, elle tend à stagner tandis que celle des actes d’ostéopathie se développent  nettement.

Dans un climat de tension économique, il n’est pas surprenant qu’une certaine concurrence s’installe entre les deux professionnels.

Cependant, cette offre de soins plurielle devrait être tout bénéfice pour le patient potentiel, qui dispose de deux thérapies efficaces pour le traitement de ses douleurs.

 Reste à décider qui consulter ?

A télécharger sur www.leslivresdemonosteopathe.com




mercredi 6 juin 2012

Souvenirs: Lola


Lola est une petite fille de trois semaines qui vient chez l'ostéo pour la première fois-tiens! comme c'est curieux...

Donc je me suis amusé à imaginer ce que pouvait penser ce nouveau né à propos de ce curieux individu qu'est l'ostéo et de l'attitude de ses parents pendant la consultation:




                                                     LOLA 21 jours



Comme il est d’usage à cet âge assez peu avancé de la vie, Lola est arrivée accompagnée de ses deux parents, maman conduisant le landau avec précaution, sous les yeux de papa, qui, expert en maniement de véhicules à quatre roues, surveillait avec une attention professorale l’évolution du précieux véhicule.

Bonjour, vous venez consulter pour le bébé, je suppose…

Lançais-je sans inspiration originale particulière.

Entrez, nous allons constituer le dossier,

Ses noms, prénoms, date de naissance, s’il vous plait ?

A ce moment, à l’unisson les parents se lancent, tandis que Lola s’éveille dans le landau, avec l’intuition que quelque chose se trame la concernant.

Lola R, née le 9 Septembre 2011,



Vous consultez à titre préventif ou pour une raison particulière ?

Un peu les deux, Lola a des petites régurgitations après l’allaitement, et on a remarqué qu’elle tournait bien la tête à gauche mais plus difficilement à droite, le pédiatre nous a parlé aussi du risque de plagiocéphalie chez les bébés tournant mal la tête alors on est un peu inquiets.

Effectivement votre pédiatre a raison, les plagios sont de plus en plus fréquentes chez les bébés, et la limitation d’amplitude cervicale voire le torticolis du nourrisson constituent des étiologies fréquentes.

Nous allons donc examiner Lola, vous pouvez l’installer sur la table, et la déshabiller un peu pour qu’elle reste en body.

Je pars me laver les mains, puis revient deux minutes après.

A ce moment la maman est en train de batailler contre une manche récalcitrante qui ne veut pas bien glisser; comme pour le landau, papa surveille attentivement et donne quelques conseils : « tourne là, tu verras, ce sera plus simple !»

Et Lola qui observe la scène se demande pourquoi c’est toujours maman qui doit faire, mais finalement devant la faible expérience de vie constituée par ses bientôt 22 jours, elle se dit que la vie d’une maman ça doit être comme ça et puis de toute façon, c’est extraordinaire d’avoir une maman, et puis c’est pas mal non plus d’avoir un papa même si pour l’instant il ne sert qu’à donner des conseils.

Au bout de 8 minutes d’un travail délicat, digne pour la maman d’une opération de transplantation cardiaque pour un chirurgien débutant, Lola est enfin en body !

Je m’approche doucement de Lola et commence à lui parler :

Bonjour je suis ton ostéopathe

Je vois que Lola m’écoute et qu’elle aurait envie de me dire :

T’es qui toi ? Je ne te connais pas, je ne t’ai jamais vu, qu’est-ce que tu vas me faire ?

Je continue :

Je vais examiner ton dos, ta tête et ton ventre, pour voir si tout va bien !

Lola m’écoute et parait accepter le deal.

Je commence ma séance par un examen ostéo-articulaire hanches pieds genoux bassin rachis épaules, tout à l’air ok mis à part une petite lésion intra osseuse de l’iliaque droit avec dysfonction de sacro-iliaque associée, cas courant chez le bébé, traité dans la foulée en quelques minutes, sans réactivité exagérée de la part de Lola.

Puis j’en arrive à l’examen du crâne, où là les choses se compliquent un peu : torsion crânienne sur dysfonction C0C1C2 franche, en clair, je confirmai le torticolis du nourrisson.

Au moment où je positionnais les doigts en regard de sa première cervicale, Lola se mit instantanément à hurler du plus fort qu’elle pouvait, avec l’air de dire :

Mais il est taré ce type, il appui juste là où j’ai déjà mal !!!

Sans me déconcentrer et sous le regard approbatif de ses parents, je décide de traiter les première et seconde cervicales de Lola, car attendre ne pourrait qu’aggraver la situation.

Après un combat acharné entre les cervicales et moi, sous les hurlements de Lola, nous sommes enfin parvenus au tant espéré relâchement des tensions au bout de 9 minutes qui paraissaient pour moi, Lola, et ses parents, au moins 9 heures.

Lola pleurait toujours mais avait changé de ton du style :

Tu m’as fait mal, vilain ostéopathe, mais c’est bizarre on dirait que je me sens mieux, aurais tu fais quelque chose de bien ?

Je décide alors de poursuivre la séance par un travail sur le crane.

Afin de corriger la torsion crânienne et les tensions membraneuses intracrâniennes associées, je place mes mains latéralement de part et d’autre de la petite tête de Lola.

Cette fois, plus de cris, seulement quelques râles avec un regard appuyé du côté de la maman, que j’ai prié de s’assoir à la droite de Lola, afin de stimuler la rotation droite.

Au bout de quelques minutes supplémentaires, Lola semble enfin assagie, et c’est d’un regard tranquille que son visage cherche à se rapprocher de sa maman, comme si elle voulait dire :

Je vois l’inquiétude en toi maman, mais rassure toi, je me sens bien et très bientôt nous pourrons faire un gros câlin.

Le travail sur le crâne de Lola dure une dizaine de minutes supplémentaires, les tensions crâniennes se détendent peu à peu sous mes doigts, tandis que je peux observer la décrispation progressive de son visage, suivi fort logiquement de ceux de ses parents.

Je termine enfin ma séance par un travail sur le petit ventre de Lola, et notamment son petit diaphragme qui souhaiterait maintenant se détendre, mais qui réclame pour cela l’assistance du providentiel ostéopathe.

Les soins du bébé constituent  pour moi la quintessence du travail de l’ostéopathe.

En effet, l’un des  principes fondateurs de l’ostéopathie, édicté par Andrew Still, est : « la structure gouverne la fonction », ainsi quoi de plus efficace que d’agir sur la structure alors même qu’elle est en pleine phase de constitution.

On pourrait même ajouter, avec la modestie qui caractérise traditionnellement notre corps professionnel, que nous participons à l’adaptation optimale des structures naissantes du nouveau- né afin de mieux optimiser l’équilibre biomécanique du corps de l’adulte de demain.

De façon plus concrète, nous pouvons affirmer que ces quelques dix  minutes de pleurs seront largement compensés par toutes les années adultes où nous auront minimisé les effets des scolioses, des rhumatismes, des acidités gastriques, des états de stress latents, entre autres car bien sûr je ne saurais être exhaustif, tant les effets de l’ostéopathie à long terme restent à ce jour  méconnus et sous évalués.

Donc, chers jeunes parents attentifs à la santé future de votre bébé, n’hésitez pas à consacrer une heure à la consultation d’un bon ostéopathe, votre enfant vous remerciera plus tard.


lundi 4 juin 2012

Ou lire plus de textes?

Vous pouvez lire d'autres extraits ou bien télécharger l'ensemble du livre
 sur www.leslivresdemonosteopathe.com

Chapitre un Le Palout suite et fin

Dans la page précédente, il manquait la fin du premier chapitre, vous pouvez la retrouver ici:



...Ptuu du café, y’en a toujours une cafetière d’avance, les hommes y en boivent toute la journée !

La fermière pose d’un coup sec un petit gobelet en verre sur l’épaisse table en chêne de la cuisine, la voyant ainsi faire j’ai d’abord cru que le verre allait exploser, puis je me suis dit qu’on s’était mal compris et qu’elle allait me servir de l’eau.

Non rien de tout ça, elle revint avec la casserole, et versa délicatement la précieuse substance dans le petit gobelet.

La couleur du café était à mi-chemin entre le thé et le chocolat au lait, d’un brun très pale à la texture dense quoique quelque peu hétérogène.

Elle me demanda combien de sucres, un seul répondis-je, avec une inquiétante appréhension.

Finalement, contre toute attente, le café ainsi servi me remplit de sa chaleur, et  j’appréciai  finalement avec plaisir ce moment de convivialité, tandis que le Palout arrivait.

C’était un grand homme de corpulence ogresque, portant un gilet matelassé de chasseur mal ajusté à sa taille, un béret noir qui semblait ne jamais quitter, ainsi qu’une épaisse moustache à la José Bové.

Il se déplaçait difficilement avec un gros bâton faisant office de canne, et me tendit la main en souriant.

Alors, c’est vous le nouveau kiné! J’espère que vous êtes un bon! z’etes marié ?

L’homme parlait d’une voix forte et autoritaire, il était assez impressionnant.

Non, je ne suis pas marié, mais j’ai une compagne et une petite fille de un an.

Elle fait la cuisine ta femme ?

Euuuh oui, elle fait la cuisine… (Je me demande à cet instant où il veut en venir exactement)

C’est bon, si elle fait bien la soupe, tu peux la garder ! Dit-il d’un ton enjoué, tandis qu’il éclatait de rire, d’un rire ogrieux

Là je crois comprendre où il veut en venir, remarquant au fond de la pièce la large mimique d’acquiescement de son épouse, mais dans le doute, je préfère enchainer sur les raisons professionnelles de ma visite.

Vous pourriez me donner l’ordonnance du médecin s’il vous plait ?

Le Palout se tourne vers sa femme : Va chercher la lettre du docteur !

Elle se dirige alors vers le buffet, ouvre le gros tiroir du milieu, et revient vers moi victorieuse munie du précieux document.

Je saisi l’ordonnance et lit les indications du médecin à voix haute :

« 15 séances de kinésithérapie de la cheville droite à domicile, 3à 4 fois par semaine »

Il faudrait trouver un endroit pour vous allonger, sur votre lit par exemple

Ba pla, on va allez sur le lit !

Le Palout me précède jusqu’à une porte jouxtant la cuisine, ouvre et m’invite à entrer.

Faut que j’enlève les pantalons ?

Euh oui, si vous pouvez vous mettre en slip !

C’est que je mets pas de slip, comme vous dites, j’ai que le caleçon long et les pantalons.

Vous n’avez qu’à enlever le pantalon, on relévera le caleçon pour dégager la jambe…

Eugène s’éxécute, puis s’allonge sur le lit, la tête et le buste en appui sur deux gros oreillers blancs, parsemés de multiples taches brunâtres et de trous.

Je m’installe moi-même en bout de lit, me saisissant de mon flacon d’huile, afin de commencer le massage.

Le nerfff il est pas déplacé ? me lance-t-il d'une voix inquiète.

Euuh non, je ne pense pas… Le docteur vous a bien dit que c’était juste une entorse ?

Le toubii tu sais il a juste dit qu’à la radio c’était pas cassé, mais toi les neerffs  s’est ton métier !

Oui un peu, mais les kinés sont pas vraiment comme les rebouteux, nous on ne remet pas en place les articulations, on fait de la rééducation, mais vous verrez ça ira mieux après quelques sé AAAAAAAAHHHHHH !!!!!

QU’EST-CE QUE C’EST QUI SORT DU COUSSIN ?????

Eugène me regarde d’un air surpris, prend tranquillement le coussin devant lui, puis forme une petite prison pour coincer la souris dans un angle, et d’un geste brusque entre les deux paumes de ces mains musculeuses il explose la tête de la souris comme on casse une noix.

Faudra dire à la femme de laver le coussin, lâche-t-il d’un ton désabusé, puis poursuit :

Y’a pas de souris à Paris ?

Si répondis-je, encore sur le coup de l’émotion, mon cœur ralentissant progressivement de 200 pulsations à 180, mais ce n’est pas les mêmes, elles ont des pattes plus longues et elles ne sont pas dans l’oreiller mais dessus, tentant un peu d’humour pour abaisser mon niveau de tension.

Eugène resta sceptique un moment sur cette espèce de souris un peu curieuse, puis nous avons prolongé la séance par des exercices de flexion et extension.

Tendez bien le pied, relevez le pied.

Quelque peu déçu par mes méthodes de rééducation, Eugene s’exécute, l’air sceptique.

Je suis venu voir Eugène trois fois la première semaine, les lundis, mercredis, et vendredis toujours à 10h, et à chaque fois je me régalais de boire le café dans sa grande cuisine, la grande table épaisse, et les deux chiens allongés au pied de ma chaise.

Le lundi suivant, je toque à la porte comme d’habitude, mais c’est Eugene lui-même qui vient m’ouvrir, il a l’air rayonnant de santé, marche normalement et n’a plus besoin de bâton.

Entre kiné ! Viens boire le café !

Nous nous asseyons de part et d’autre de la grande table, Me Palout  nous sert les cafés, puis Eugéne me regarde d’un air un peu gêné, et se décide à me parler.

Tu sais petit faut pas m’en vouloir, mais j’ai été voir un rebouteux, il m’a remis le nerfff de la cheville, et maintenant j’ai plus mal.

Si tu veux tu peux te faire payer toutes tes séances, mais je crois qu’à Paris y t’ont pas encore tout appris !

Quand tu veux tu passes à la maison  boire le café, la porte elle te sera toujours ouverte !

Bien sûr, je me suis fait payer seulement les quatre séances réellement effectuées, et j’ai bien retenu une première leçon : on n’apprend pas tout dans les livres et sur le banc des universités.

La deuxième leçon était plus importante encore :

Malgré mes premières impressions craintives sur ce milieu agricole que je connaissais peu, j’avais pris contact avec cette terre d’Aveyron et les gens de cette terre éminemment attachants,  qui allaient me nourrir durant des années de leurs enseignements, et aussi et ce n’est pas un détail, de leurs tripoux, aligots, saucisses, fromage de chèvre et roquefort !




Mes souvenirs de consultations chapitre 1

Le premier chapitre de mon second livre s'ouvre sur mes souvenirs du Levezou, le Levezou, c'est à l'Aveyron ce qu'est l'Aveyron aux Champs Elysées...

C'est à dire dépaysement TOTAL: en 1990, quand je découvre le Levezou, il y a encore beaucoup de maisons sans chauffage, sans eau chaude, sans eau potable.

Je me souviens en vrac des sangsues qui coulaient naturellement du robinet d'eau de la cuisine, des chiens qui cagaient dans la salle à manger, des filles de 16 ans qui n'avaient jamais vu un garçon qui n'était pas du village, et encore ceux là on les voyait qu'à la messe....

Donc je vous envoie le chapitre 1


EUGENE, dit « Le PALOUT », 47 ans,

Tout fraichement arrivé de Paris, je me suis retrouvé un beau matin d’octobre kiné à Saint Beauzely.

Saint Beauzely est un charmant village de l’Aveyron situé entre les Causses et le Lévezou, connu localement pour ses traces dinosaures, car effectivement depuis cette époque, le temps est passé au ralenti, conservant à ce village toute son authenticité.

C’est un peu une ile déserte sans la mer autour, c’est un peu le n’importe où hors du monde de Baudelaire.

En 1990, c’est une terre préservée des réseaux GSM et internet, où on peut encore découvrir que finalement, même déconnecté, bizarrement notre organisme a l’air de fonctionner, et même plutôt bien d’ailleurs.

Moi qui voulais faire une pause sur le spleen de ma vie parisienne, j’allais être servi !

Eugène m’avait appelé la veille, pour une entorse de cheville :

Allo kiné ! C’est Le Palout de la croix vieille ! Le docteur y m’a marqué des séances !

En descendant du tracteur, j’ai pétassé le pied, il peut passer demain matin ?

Ok, je consulte mon agenda… Je peux venir à 9h, ça vous ira ?

Nonn Passs Tropppp ! A 9h, je suis aux vaches, faut bien les soigner les vaches ! Venez à 10 heures c’est mieux !

Ok je comprends, je passerais à 10h si vous préférez !

Le lendemain à 10 h pétantes, je toque à la grande porte de la ferme, Me Palout m’ouvre !

Bonjour, je suis Mr Rostani, le kiné, je viens pour les séances de kiné, c’est bien ici ?

Oui, il va arriver, vous voulez un café ?ça va vous réchauffer vous avez l’air gelé !

Elle avait raison, j’étais gelé, ce n’était pas tant l’air qui devait être à 3 ou 4 degrés, mais plutôt la température ressentie avec le vent glacial, vers -5 degrés.

Avec plaisir, s’il vous reste du café, je ne veux pas vous déranger !

Ptuu du café, y’en a toujours une cafetière d’avance, les hommes y en boivent toute la journée !

dimanche 3 juin 2012

Page de PUB

Une petite page de Pub! pour la dernière BD lue "Une nuit à Rome" première BD de Jim avec tout ce qui faut pour plaire jolie histoire, beaux dessins, des filles, l'Italie, et beaucoup de poésie.

L'auteur a un blog http://jimtehy.blogspot.com

Quand à mon premier livre, vous pouvez l'acheter sur Amazon.com http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_ss_i_0_9?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=kine+ou+osteo&sprefix=kine+ou+o%2Caps%2C325

ou bien sur
www.leslivresdemonosteopathe.com

ou encore lire des extraits sur http://www.youscribe.com/catalogue/livres/sante-et-bien-etre/therapies-alternatives/kine-ou-osteo-qui-consulter-1613572

samedi 2 juin 2012

Quelques précisions sur mon premier bouquin:

En mai 2011, une journaliste écrivain se partageant entre Albi et Paris vient me voir à mon cabinet d'ostéopathie d'Albi, pour une interview pour un mag de santé, sur le thème: traitement du mal au dos: quelles différences entre les solutions du kiné et celles de l'ostéo;

Donc rencontre conviviale au cabinet, discussion ad hoc, puis une idée lui passe subitement par la tête- jolie d'ailleurs blonde yeux clairs pétillants de malice et du jte dis ce que je veux mais cque jpense tu sauras jamais...

Donc bref: vous tu (je peux tu c'est plus simple...) donc tu veux qu'on écrive un livre sur le sujet je t'aiderais

Voilà votre serviteur auteur en herbe qui bosse tout l'été sur le projet:

Bon y fait quoi au fait le kiné à part des infra rouge sur le dos et de la muscu des abdos aussi pénible que totalement inefficace? Aaaaah ouiiiiiiii! 9a y est jme souviens , normalement théoriquement dans les bons livres et dans les bonnes écoles de kiné, il doit MASSER!

Bon on va essayer de faire un chapitre avec ça!

Et l'ostéo, y fait quoi l'ostéo? Bon y fait péter des vertèbres! mais paqueu, normalement paqueu, faut bien justifier les 50à 60 euros d'honoraires..

Non sérieusement, en ostéopathie il y a de quoi faire pour traiter le mal au dos, il y a deux quoi écrire au moins deux chapitres en écrivant en gros!

Grosse déception: le journaliste m'explique que ça sert à rien d'écrire gros, c'est le nombre de mots qui compte pour un manuscrit!

Deuxième grosse déception, je l'appelle en septembre,

"Allo, France, alors le bouquin, t'as bien travaillé cet été?"

"Euh, ouis pas troooo, tu sais il a fait chaud, bon fauqujtedise je te plante! mais bon c'est pas grave tu peux toujours essayer tout seul! Bonne chance!"

vendredi 1 juin 2012

J'ouvre mon blog!

Afin de mieux faire connaitre mes ouvrages, j'ouvre aujourd'hui ce blog, qui vous fera découvrir jour après jour les projets d'un ostéopathe kinésithérapeute qui s'est mis à écrire.

Bien sûr, vous pouvez retrouver plus d'infos sur mon site

www.leslivresdemonosteopathe.com 

mais sur le blog, je peux plus librement et facilement m'exprimer!