lundi 6 août 2012

Le tintinophile suite


L’ANPE est très mal organisée ! Résumait-il volontiers.

Il y avait bien cette place de bibliothécaire à Fontenay Sous-Bois où il est resté 15 jours, mais les locaux, bien qu’au rez de chaussée, comprenait des étagères très mal conçues car il était indispensable d’exagérément lever le bras pour ranger les livres sur l’étage supérieur.

Non, vraiment, malgré toute sa bonne volonté, Gérard ne pouvait accepter de telles conditions de travail !

Alors Gérard s’est résolu à vivre, ou survivre, selon lui avec les 458 euros du RMI.

458 euros, ce n’est pas beaucoup, mais bon ça fait quand même un budget BD de 350 euros, le reste couvrant les petits frais accessoires : protèges BD, entrées des salons BD etc.

Et puis quand même, Gérard a quelques autres ressources : à Noel et à son anniversaire, ses parents lui laissent une grosse enveloppe de plusieurs centaines d’euros, qui permettent de financer les achats exceptionnels : éditions originales et tirages de tête.

Enfin, dernier revenu de complément, Gérard coure les vides greniers pour y dénicher des bonnes affaires qu’il revend ensuite sur eBay.

Ainsi souvent une BD achetée 5 euros se revend facilement 8 ou 9 euros ce qui finalement, procure du bénéfice, sans compter les jours où dieu est avec lui…

Comme ce dimanche 11 avril, où Gérard se rend comme à son habitude au marché aux puces de Nogent sur marne, sans se douter qu’il allait vivre le moment le plus intense de sa vie…

Gérard se présenta tôt le matin à ce fameux marché, muni de son équipement de chineur semi-professionnel : lunettes de soleil à verres correcteurs pour voir de loin sans être vu, Stan Smith authentiques modèle 1980 pour ne pas faire de bruit, sac à dos à volume expansif par accordéon au cas où, et bien sûr à l’intérieur le précieux BDM de l’édition précédente pour mieux tricher sur les côtes officielles des BD.

Déambulant sans enthousiasme excessif entre les différents amoncellements de vieux journaux, bouquins, cassettes VHS, sans intérêt particulier, Gérard est subitement capté par le stand d’un exposant qu’il n’avait jamais vu, qui est en train de déballer des BD d’un carton.

Notre vaillant explorateur décide donc d’entreprendre une première approche discrète : ne pas accélérer le pas, ne pas fixer les yeux, du calme Gérard du calme !

Premier passage à 2-3 mètres : Yes ! C’est du Hergé ça ressemble à des éditions anciennes…

Second passage à un mètre, caché derrière une ménagère qui recherche des bibelots pour sa cuisine, ça se précise : il y a 20 BD, ça ressemble à des éditions originales, à la façon dont le type les pose c’est clair, il n’y connaît rien en BD, on va pouvoir aborder la mise en place de la phase finale.

Gérard ne tient plus, les yeux sont larmoyants-heureusement il y a les lunettes, la sueur commence à perler sur son front…

Maintenant tout près à quelques centimètres du bonheur absolu, Gérard sent son cœur palpiter, il sait déjà que dans ce carton il y a un trésor : il le sait, il le sent, mais il n’ose pas s’approcher... Ne pas montrer mon émotion, ne pas laisser imaginer au vendeur la valeur de ses albums.

Finalement, Gérard retient sa respiration et s’approche lentement du carton. Premier coup d’œil à la verticale : dos toilés rouge, c’est du 1950-1958 au pire.

Gérard n’en peut plus, il plonge la main dans le carton et sort le premier album : Objectif lune : la tout va très vite coiffe tète de couv, pages intérieures bleues foncées, puis enfin le 4eme plat « objectif lune » en dernier titre, c’est un B8, en clair c’est la première édition, il a 500 euros dans les mains.

Puis tout s’accélère, un deuxième album « Tintin au pays de l’or noir, Edition 1950, état impeccable, 500 euros la aussi.

Puis Les 7 boules de cristal, seconde édition, 1950, légère déchirure de la coiffe, mais rien de méchant.

Au total c’est 15 albums de tintin en édition 1949à 1963 qui sont devant lui, prêts à être vendu...
Enregistrer un commentaire