dimanche 13 octobre 2013

Qui est donc I A KAPANDJI?


Ibrahim Adalbert  Kapandji est un chirurgien orthopédiste français, fils d’un chirurgien d’origine turque, et maintenant lui-même papa d’un chirurgien de la main.

Ayant terminé ses études de chirurgie en 1960, il débuta sa carrière dans la chirurgie digestive, suivant en cela les traces de son père, puis par choix personnel il s’intéressa à la chirurgie orthopédique et tout spécialement à la chirurgie de la main, qui devint sa spécialité définitive.

Passionné par l'anatomie fonctionnelle, il accepta de prendre en charge l’enseignement de la biomécanique au sein d’une école de kinésithérapie, ce qui l'a amené à écrire et dessiner trois livres d'anatomie fonctionnelle consacrés au membre supérieur, au membre inférieur, et au rachis, dont le principe était de simplifier à la fois le dessin et les fondements de la biomécanique humaine, afin de les rendre plus facilement compréhensibles.

 Traduits en treize langues, l'intérêt de ces ouvrages dépasse largement le cadre de la kinésithérapie, et sert de base à l’enseignement de l’anatomie dans les collèges d’ostéopathie.

 Il a publié par ailleurs de nombreux travaux sur l'anatomie fonctionnelle du membre supérieur et de la main, sur des prothèses articulaires, en particulier la trapèzo-métacarpienne, la radio-carpienne et la radio-ulnaire distale, ainsi que plusieurs techniques chirurgicales originales, dont une qui perfectionne une procédure proposée par son père en 1937, connue sous le nom d'opération de « Sauvé Kapandji ».

Il a institué au sein de la clinique de l'Yvette, un service « urgences mains » qui fait partie du réseau prévention main Île de France, dont son fils Thierry Kapandji, lui aussi chirurgien de la main, assure la pérennité.

Il est membre de la société américaine de chirurgie de la main, membre d'honneur de la société française d'orthopédie et de traumatologie, et membre d'honneur et ancien président de la société française de chirurgie de la main. Il participe encore et intervient dans de nombreux congrès français et étrangers.

Bibliographie :

Physiologie articulaire du membre supérieur Ed Maloine

Physiologie articulaire du membre inférieur Ed Maloine
Physiologie articulaire tronc et rachis Ed Maloine

vendredi 4 octobre 2013

A la découverte de Paul Chauffour


Paul Chauffour est un des tous premiers ostéopathes français, principal ambassadeur contemporain de l’ostéopathie française avec Jean Pierre Barral.

Paul Chauffour est le précurseur de l’ostéopathie non structurelle dite fasciale, et de la méthode manipulative qui lui est associée le recoîl.

 Paul Chauffour est né le 5 mars 1940 à Alger.

Il passe son enfance et son adolescence en Algérie, puis déménage en France en 1962 où il entame des études de kinésithérapie.

Kinésithérapeute DE en 1964, déjà très intéressé par les techniques de manipulations vertébrales, il s’inscrit en 1965 dans le premier établissement européen d’enseignement de l’ostéopathie : le British College of Naturopathy and Osteopathy de Londres, aujourd’hui disparu.

Il poursuit ensuite ses études à l'École européenne d'ostéopathie de Maidstone ou il obtient son diplôme d’ostéopathe en 1971, diplôme noté N°2 pour la France  parmi les 5 premiers ostéopathes français de cette promotion.

D’abord enseignant à Maidstone, Paul Chauffour obtient en 1981 de la part de l’université de Paris Nord un diplôme de formation supérieure en ostéopathie et médecine manuelle, lui permettant de prendre en charge l’enseignement de l’ostéopathie dans le cadre d’un diplôme universitaire  à l’intention des médecins.

Lors de cet enseignement, il met en place les bases de ce qui deviendra l ’ostéopathie fasciale :

1/ l’utilisation de points de balance pour établir le diagnostic ostéopathique :

En mettant successivement en comparaison de tensions (balance) plusieurs points clés du corps du patient, nous pouvons aisément retrouver la dysfonction primaire, qui est celle qu’il convient de traiter.

2/l’utilisation de test en tension et non en mobilité comme en ostéopathie structurelle ou en chiropraxie.

3/ l’utilisation du recoîl comme technique corrective.

Le recoïl s’inspire du toggle-recoïl des chiropracteurs mais en optimisant la partie informative de l’implusion, destinée à créer une réponse dans l’ensemble du fascia.

Actuellement, Paul Chauffour poursuit l’enseignement de sa méthode « le lien mécanique » à travers l’ensemble de l’Europe, les Etats Unis, le japon et la Russie.

Paul Chauffour est le président fondateur de l'AFDO Association Française de Défense de l'Ostéopathie

 

Bibliographie

Le lien mécanique Ostéopathique 2003 Ed Sully

Le Lien Mécanique Ostéopathique : artères et système neuro-végétatif 2009 Ed Sully

Le Lien Mécanique Ostéopathique : lésions ostéopathiques de l'os 2012 Ed Sully